Que se passe-t-il durant le troisième trimestre de grossesse ?

Par Armelle Fruchard | Mise à jour le 5 novembre 2023

Le troisième et dernier trimestre de la grossesse annonce la dernière ligne droite avant la naissance ! Il commence au 7e mois (27e semaine ou 29 SA). Votre corps continue sa grande métamorphose et les effets, plus ou moins confortables, sont présents. Plus qu’une simple évolution physique, ce trimestre met en évidence la remarquable capacité d’adaptation du corps féminin. Quels sont les changements majeurs du 3ème trimestre ? Quels sont les symptômes courants du troisième trimestre ? On fait le tour ! 

La fatigue du 3e trimestre de grossesse 

Le troisième trimestre de grossesse est souvent synonyme de fatigue intense pour la future maman. Malgré ses défis, c’est l’occasion de le considérer comme une merveilleuse occasion de se reconnecter à soi-même. Vous pouvez ressentir de l’hypersomnie et souffrir d’insomnie à la fois. Le poids du bébé est en partie responsable de cette situation : il fatigue votre corps mais rend les nuits plus difficiles en raison de la difficulté à trouver des positions confortables.  

La fatigue est normale et naturelle : votre corps est en train de fabriquer un petit être, il est tout entier à l’œuvre ! Si vous avez des difficultés à trouver des positions pour dormir, le coussin d’allaitement peut être d’une grande utilité. Vous pouvez reposer votre ventre dessus ou le placer entre vos jambes pour vous sentir plus confortable. N’hésitez pas à solliciter de l’aide et à chercher du soutien autour de vous. Profitez de ces moments pour vous faire dorloter, car vous le méritez !

Les changements cutanés au 3e trimestre de grossesse

Si le 2e trimestre est celui du “glow”, certaines mères trouvent leur peau plus malmenée au cours du 3e trimestre. La faute aux hormones une fois de plus et en particulier à la hausse des oestrogènes.

L’apparition d’acné rappelant les mauvais souvenirs de l’adolescence peut survenir. L’urticaire est également courant, témoignant de la sensibilité accrue de la peau. De plus, l’expansion de certaines zones du corps comme le ventre, les seins et les hanches conduit souvent à l’apparition de vergetures. Bien que leur aspect puisse déranger certaines femmes, elles illustrent l’extraordinaire capacité de la peau à s’étirer et s’adapter durant la grossesse.

La sécheresse cutanée est une autre manifestation du 3ème trimestre. Elle peut engendrer des sensations de démangeaisons ou même de l’eczéma. Pour y remédier, il est recommandé d’opter pour des bains tièdes, d’utiliser des savons doux non parfumés et d’appliquer régulièrement du lait hydratant. Les bains d’avoine peuvent être particulièrement apaisants. 

Enfin, le 3e trimestre peut entraîner des changements vasculaires notables. La circulation sanguine accrue provoque souvent l’apparition de petites veines en araignées, appelées télangiectasies, sur le visage, le cou et les bras. De plus, les varices peuvent devenir plus visibles sur les jambes, et certaines femmes peuvent développer des hémorroïdes douloureuses dans la région rectale. Elles peuvent être assez douloureuses. Les causes sont multiples : le poids de la grossesse, une mauvaise circulation sanguine, et encore, la progestérone.. Pour alléger ces symptômes, il est conseillé de surélever les jambes, d’adopter une alimentation riche en fibres (brocoli, chou frisé, farine complète, avoine), de s’hydrater suffisamment, de bouger, de prendre des bains tièdes et d’appliquer des compresses d’hamamélis pour apaiser les zones affectées. Ces désagréments s’estompent naturellement après la grossesse. 

Gérer les maux de dos durant le 3e trimestre de grossesse

Les maux de dos sont courants pendant la grossesse, et ils se manifestent particulièrement pendant le troisième trimestre. Plusieurs facteurs contribuent à ces douleurs :

  • Hormones et ligaments : La progestérone et la relaxine sont des hormones qui augmentent la souplesse des ligaments. Ces hormones, bien qu’essentielles pour préparer le corps à l’accouchement, peuvent causer une flexibilité accrue des ligaments utérins et intervertébraux. Cette souplesse, combinée à la détente des articulations du bassin, rend difficile le maintien d’une posture correcte, entraînant ainsi des douleurs dorsales.
  • Changements physiques : La taille croissante de l’abdomen, le poids du bébé, du liquide amniotique et du placenta déplacent votre centre de gravité, ce qui peut entraîner une cambrure prononcée du dos, accentuant les tensions musculaires et les douleurs lombaires.

Pour atténuer ces maux, voici quelques conseils :

  • Chaussures adaptées : Préférez des chaussures plates, avec une bonne semelle (voire orthopédique), pour éviter d’aggraver la cambrure lombaire. Évitez au maximum les talons. 
  • Posture : Si vous devez être assise pendant de longues périodes, placez un coussin dans le creux de votre dos (essentiel en voiture notamment). Vous pouvez également surélever vos genoux légèrement au-dessus de vos hanches pour réduire la cambrure grâce à un petit tabouret.
  • Activités physiques : Le yoga, en particulier le yoga prénatal, est bénéfique pour étirer et tonifier les muscles, tout en améliorant la posture. La natation renforce également le dos et permet de faire de l’activité sans ressentir le poids du bébé, un des sports préférés des femmes enceintes. L’utilisation d’un ballon de yoga peut faciliter le mouvement du bassin et diminuer les tensions. Les exercices de Kegel, quant à eux, renforcent le plancher pelvien, soutiennent l’utérus et réduisent la pression sur le dos.
  • Soulagement de la douleur : Si vous ressentez une douleur intense, l’application de chaleur (bouillotte, gant de toilette chaud) sur la zone douloureuse peut être bénéfique. 
  • Consultation médicale : Si vos douleurs persistent ou s’aggravent, il est essentiel de consulter un professionnel de santé, comme votre médecin, sage-femme ou gynécologue. Ils pourront vous orienter vers des solutions adaptées ou vous diriger vers un kinésithérapeute si nécessaire.

Crampes et contractions durant le dernier trimestre de grossesse

Crampes aux jambes : Au cours de la grossesse, il est fréquent de ressentir des crampes musculaires involontaires dans les jambes et les pieds, en particulier au troisième trimestre. Ces crampes, qui surviennent souvent la nuit, peuvent être intenses. Plusieurs facteurs peuvent expliquer leur apparition : la circulation sanguine qui se modifie et qui irrigue moins certaines zones, la pression exercée par le bébé sur les nerfs et les vaisseaux sanguins, ou encore une carence en minéraux (magnésium, calcium). 

Comment prévenir les crampes de grossesse ?

  • Pratiquez des étirements quotidiens des mollets et des pieds.
  • Restez actif pour maintenir une bonne circulation sanguine et des muscles toniques.
  • Hydratez-vous bien et portez des chaussures confortables.
  • Intégrez des aliments riches en magnésium à votre alimentation, comme les bananes, les haricots ou encore des fruits secs.

Contractions de Braxton Hicks : Il s’agit de contractions légères et irrégulières que vous pourriez ressentir dès le début du troisième trimestre. Ces contractions ne sont généralement pas douloureuses et peuvent être plus fréquentes et intenses à mesure que la date d’accouchement approche. Elles sont à différencier des contractions de travail par leur fréquence irrégulière. Si vous êtes proche du terme et qu’elles vous semblent plus intenses et plus régulières, commencez par vous allonger ou prendre une douche bien chaude. Si les contractions continuent, cela peut signifier que le travail est lancé. En cas de doute, n’hésitez pas à joindre votre sage-femme. 

Les autres maux du troisième trimestre

Chaque expérience de grossesse est distincte car chaque femme l’est également. Voici quelques-uns des changements que vous pourriez observer au cours de votre troisième trimestre. Certaines futures mamans peuvent ne pas ressentir ces symptômes, tandis que d’autres les vivront avec une forte intensité. Si ce dernier trimestre vous semble interminable et exigeant, rappelez-vous de tout le chemin parcouru et pensez au magnifique bébé que vous êtes en train de fignoler ! 

1. Troubles circulatoires : L’augmentation du volume sanguin et de la quantité d’eau dans votre corps peut causer un léger gonflement des mains, du visage, des jambes et des chevilles (oedèmes). Rassurez-vous, cette sensation est courante à l’approche de l’accouchement et s’en va aussi vite qu’elle est arrivée. Pour améliorer la circulation, pensez à surélever vos pieds lors des moments de repos. 

2. Changements cognitifs : le « mommy brain » est une expression que certaines futures mamans utilisent pour décrire un sentiment de distraction ou d’oubli. La vie est sur le point de prendre un tournant merveilleux, et il est normal de se sentir un peu débordée. La structure de votre cerveau se modifie pour mieux vous préparer à prendre soin de votre futur bébé. Si vous vous retrouvez à perdre vos clés ou à chercher fréquemment vos mots, pas d’inquiétude, c’est normal et c’est même tout à fait naturel ! 

3. Envie fréquente d’uriner : tout au long de la grossesse, l’utérus va grandir jusqu’à atteindre 5 fois sa taille normale (35 cm VS 7 cm environ hors grossesse). Il va exercer une pression sur votre vessie ce qui explique le besoin plus fréquent d’aller aux toilettes. 

4. Le syndrome des jambes sans repos. Il affecte 20 % des femmes enceintes. Ces “impatiences” comme on les appelle parfois peuvent perturber le sommeil. C’est ressenti comme un irrépressible besoin de bouger les jambes ou encore des fourmillement ou des brûlures. Le mouvement, les jets d’eau froide ou encore les aliments riches en magnésium permettent de diminuer les effets. 

5. Les soucis de digestion et brûlures d’estomac. L’augmentation de votre utérus peut exercer une pression sur votre système digestif, perturbant ainsi sa fonction normale. De plus, les hormones de grossesse ont tendance à détendre la valvule entre l’estomac et l’œsophage. C’est ce phénomène qui provoque parfois des remontées d’acide gastrique dans l’œsophage, entraînant des brûlures d’estomac. Pour atténuer ces inconforts digestifs, il est conseillé de dormir avec le haut du corps légèrement surélevé et de fractionner ses repas. Certains aliments comme les agrumes, le chocolat ou encore les plats frits ou épicés sont déconseillés.

6. Constipation. Elle est souvent due à la progestérone qui ralentit les mouvements intestinaux. De plus, le poids croissant de l’utérus et du bébé peut comprimer les intestins et entraîner une rétention des selles. Pour contrer ce désagrément, il est recommandé d’augmenter l’apport en fibres, de s’hydrater suffisamment et d’opter pour des aliments complets. Intégrer une activité physique régulière peut aussi favoriser une bonne digestion. Si ces mesures ne suffisent pas, il est possible de se tourner vers des traitements adaptés à la grossesse afin d’améliorer le transit.

7. Changements mammaires : vos seins continuent à grossir et peuvent être douloureux. Si vous voyez du liquide jaune sortir de vos seins, pas de panique, c’est tout à fait naturel ! Il s’agit du colostrum, le premier lait, extrêmement riche et nourrissant prévu pour le bébé. Pour éviter les taches, vous pouvez placer des cotons dans votre soutien-gorge. 

8. Humeur : Il est normal de ressentir de l’anxiété ou une légère baisse de moral pendant le troisième trimestre de grossesse. Le temps devient long, la fatigue s’installe et l’impatience peut se faire sentir. Parfois également, l’approche de l’accouchement ajoute son lot d’inquiétudes. Les cours préparatoires à l’accouchement comme l’haptonomie peuvent offrir un soutien précieux dans ces moments-là. De même, n’hésitez pas à échanger avec des personnes ayant vécu des accouchements positifs. Enfin, soyez indulgente avec vous-même et acceptez ces coups de mou, normaux et partagés par toutes les femmes enceintes ou presque !

Quand s’inquiéter durant le 3e trimestre de grossesse?

Le troisième trimestre de grossesse est une période d’anticipation et d’excitation. Toutefois, il est important de rester vigilant face aux divers symptômes et signaux qui pourraient nécessiter une intervention médicale urgente.

Gonflements inexpliqués : il est courant d’observer des gonflements pendant la grossesse, notamment liés à la rétention d’eau. Cependant, une jambe plus enflée que l’autre (caillot de sang ?) associée à des maux de tête chroniques, des troubles de la vision, des douleurs thoraciques ou des difficultés à respirer peuvent signaler une prééclampsie (voire un syndrome HELLP). 

Fortes démangeaisons : environ 1% des femmes enceintes peuvent développer une cholestase. Il s’agit d’une maladie du foie qui provoque des démangeaisons intenses, généralement commençant par la plante des pieds et les paumes des mains et s’aggravant la nuit. 

Changements bactériens vaginaux : le vagin contient naturellement des bactéries bénéfiques. Cependant, pendant la grossesse, une surproduction d’œstrogène peut déséquilibrer cette flore. On estime qu’une femme enceinte sur cinq fera face à ce type de déséquilibre au cours de sa grossesse. Parmi les infections à surveiller, la vaginose bactérienne est particulièrement préoccupante. Elle se manifeste quand cet équilibre bactérien est perturbé. Les signaux sont des pertes vaginales à l’odeur désagréable, voire poissonneuse.

Mouvements du bébé : le suivi des mouvements fœtaux est essentiel au cours du troisième trimestre. Une diminution soudaine ou un changement brutal dans le schéma habituel des mouvements du bébé doit vous alerter. En cas de doute, il est préférable d’aller consulter également. 

Saignements : tout saignement vaginal pendant le troisième trimestre doit être immédiatement signalé à votre médecin. Bien qu’il puisse y avoir plusieurs causes à ces saignements, ils peuvent être le signe d’une complication telle qu’un placenta praevia ou un décollement placentaire.

En présence de l’un de ces symptômes ou signaux d’alarme, il est essentiel d’agir rapidement et de consulter un professionnel de santé pour garantir votre sécurité et celle de votre bébé. 

Ce troisième trimestre de grossesse, bien qu’inconfortable parfois, est une étape fascinante et la dernière avant de rencontrer votre bébé ! Choyez-vous, échangez avec votre futur enfant et partagez-lui vos émotions. Si vous ressentez des inquiétudes ou des malaises, que ce soit physiquement ou émotionnellement, n’hésitez pas à chercher du soutien auprès de votre entourage ou d’un professionnel de santé.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LES DERNIERS ARTICLES